Sidebar

Partenariat UE-OEACP post Cotonou : Le Cameroun affûte ses armes

Cooperation
Typography
  • Smaller Small Medium Big Bigger
  • Default Helvetica Segoe Georgia Times

En perspective à la signature de ce nouveau cadre de coopération, un atelier de sensibilisation et d’appropriation par les acteurs nationaux s’est tenu le 22 décembre 2021 à Yaoundé, sous la présidence du Directeur Général de la Coopération et de l’Intégration Régionale au MINEPAT, Charles ASSAMBA ONGODO.

Quelle posture le Cameroun devrait-il avoir pour tirer un meilleur avantage du futur accord de partenariat post-Cotonou entre l’Union Européenne (UE) et l’Organisation des Etats d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique (OEACP) ? La question était au centre de l’atelier de sensibilisation et d’appropriation par les acteurs nationaux, du futur accord de partenariat entre l’UE et l’OEACP. Ces travaux ont réunis les responsables des administrations publiques, des Collectivités Territoriales Décentralisées, des organisations du secteur privé et de la société civile, ainsi que les représentants du Cameroun auprès de l’UE, avec en tête l’Ambassadeur, Daniel EVINA ABE’E. Ils ont permis de présenter le futur accord de partenariat UE-OEACP en mettant en évidence son alignement avec les orientations de la Stratégie Nationale de Développement 2020-2030, et surtout d’identifier les opportunités offertes par ce nouveau cadre de coopération.


En ouvrant les travaux au nom du Ministre de l’Economie, de la Planification et de l’Aménagement du Territoire, Chef de la délégation camerounaise aux négociations post-Cotonou, le Directeur Général de la Coopération et de l’Intégration Régionale a demandé aux participants d’avoir une posture conquérante, en élaborant des stratégies ambitieuses et porteuses, dans un environnement où la compétition entre les Etats devient de plus en plus féroce et où les plus aguerris captent les fruits du partenariat avec l’UE. A travers cet atelier, « il s’agit pour les acteurs nationaux, de se réunir, d’avoir une vision commune et de regarder tous vers l’avenir, un avenir que le Cameroun veut plus anticipatif», a déclaré Charles ASSAMBA ONGODO.


Deux panels ont ainsi meublé les travaux. Le premier a porté sur la « dynamique transformationnelle de l’organisation des Etats ACP et les innovations du nouvel accord post-Cotonou ». Le second mettait en évidence les « opportunités à l’aune de l’accord UE-OEACP et du nouvel instrument de coopération au développement ». A la suite des différents exposés et des échanges, les participants ont formulé des recommandations pour la définition de façon proactive « d’une feuille de route nationale », assortie d’un mécanisme de suivi-évaluation, visant à saisir les opportunités qu’offrent les dispositions du nouvel accord de partenariat.
Rappelons que l’Accord de Cotonou qui devait arriver à échéance en février 2020, a été prorogé en novembre 2021 puis en juin 2022. Il a donné lieu à des négociations pour la signature et la ratification du nouvel accord de coopération prévue en 2022 à Samoa dans la région du Pacifique.

Les négociateurs en chef des deux Parties (UE, OEACP) l’ont paraphé en avril 2021. Le futur accord fixe, pour les 20 prochaines années, le cadre de coopération entre l’UE et l’OEACP. Il est constitué d’un « socle commun » exposant les valeurs et principes qui unissent l’UE et l’OECACP et précise les domaines stratégiques sur lesquelles les deux parties souhaitent collaborer. Ces domaines, en cohérence avec les objectifs de développement durables et l’agenda 2063 de l’Union Africaine, sont entre autres : la coopération internationale ; la durabilité environnementale et les changements climatiques ; le développement humain et social ; la croissance et le développement économique, inclusif et durable.