Sidebar

Assemblées Annuelles FMI-Banque Mondiale : Le Climat préoccupe

Cooperation
Typography
  • Smaller Small Medium Big Bigger
  • Default Helvetica Segoe Georgia Times

Une réunion de haut niveau sur les investissements favorables au climat s’est tenue en mode virtuel le 19 octobre 2021, à l’effet de favoriser le partage d’expérience et des bonnes pratiques en matière de Climat.

Cette rencontre organisée par la Banque Mondiale et la Coalition des Ministres des Finances pour l’action climatique, a permis au Ministre de l’Economie, de la Planification et de l’Aménagement du Territoire, Alamine Ousmane Mey, de partager en tant que panéliste, les expériences et la Vision du Cameroun dans la prise en compte du changement climatique dans la programmation des investissements publics et la mise en œuvre du processus budgétaire.


Selon le Ministre de l’Economie, la deuxième phase d’opérationnalisation de la Vision 2035 décrite dans la Stratégie Nationale de Développement 2020-2030, met un accent particulier sur le changement climatique et la gestion des risques de catastrophe. Le MINEPAT cite à titre d’illustration le pilier un de la SND30 sur la transformation structurelle de l’économie, pour rappeler que l’un des défis à relever pour le développement de la productivité et de la production agricole, est l’adaptation et l’atténuation des effets du changement climatique pour un accroissement de la productivité, de la production et de la compétitivité des produits agro-sylvo-pastoraux et halieutiques.Étant donné que la transition vers l'économie verte sans carbone nécessite d'importantes ressources, les pays africains ont plaidé pour plus de renforcement des capacités et d'innovation financière de la part des institutions de Bretton Woods pour les accompagner dans cette transition.


En rappel, en vue de la prise en compte des mesures de mitigation/adaptation des risques liés aux changements climatiques et aux risques liés aux catastrophes dans le cadre de la formulation des programmes, projets et stratégies, la Banque Mondiale (IDA 18) a appuyé en 2016, 25 pays, parmi lesquels le Cameroun, dans la prise en compte de la réduction des risques de catastrophes et l’adaptation au changement climatique dans la formulation des programmes, projets et stratégies. À travers cet appui technique et financier, plusieurs actions ont été menées parmi lesquelles l’élaboration d’un guide méthodologique d’intégration de l’adaptation au changement climatique et gestion des risques de catastrophe dans la planification du développement au Cameroun. En outre, le Cameroun a bénéficié des financements du Fonds d’Adaptation aux Changements climatiques pour la mise en œuvre à travers le FIDA, du projet « Accroître la Résilience des Communautés locales aux changements climatiques grâce à l’entreprenariat des Jeunes et à la gestion intégrée des ressources naturelles ».


Le Cameroun s’est par ailleurs doté d’une stratégie Nationale REDD+ et de bien d’autres outils, dans l’optique de promouvoir l’atténuation.
Bien que contribuant faiblement à l'émission des gaz à effet de serre, l'Afrique reste l’un des continents les plus affectés par les changements climatiques, notamment dans le domaine de l'agriculture et de l'environnement.