Sidebar

Cameroun-Banque mondiale : 03 accords pour financer les projets de développement

Cooperation
Typography
  • Smaller Small Medium Big Bigger
  • Default Helvetica Segoe Georgia Times

Les documents y relatifs ont été signés ce 12 octobre 2021, entre le Ministre de l’Economie, Alamine Ousmane Mey et le Directeur des Opérations de la Banque Mondiale, Abdoulaye Seck.

D’un montant global de 360,6 millions d’euros, soit environ 236,54 milliards de Fcfa, les trois accords de crédit signés entre le Cameroun et la Banque Mondiale serviront à financer le Projet d’Aménagement et de Valorisation des Investissements dans la Vallée de la Bénoué (VIVA-Bénoué), le Projet Régional sur l’Autonomisation de la femme et le Dividende Démographique, volet Cameroun (SWEDD2) et Projet d’Appui au Développement de l’Enseignement Secondaire et des Compétences pour la Croissance et l’Emploi (PADESCE).


Dans le détail, le Projet VIVA-Bénoué bénéficie d’un montant de 179,7 millions d’Euros et s’exécutera sur une période de sept ans. L’objectif est de fournir des services d’irrigation et de drainage durables et d’améliorer la production agricole dans les parcelles culturales de la vallée de la Bénoué. Ceci à travers l’amélioration de la gestion de l’eau dans le bassin de la Bénoué et des sous bassins du Faro et du Mayo Kebbi, ansi que la mise en place d’un Système d’Alerte Précoce en aval du barrage de Lagdo.


Le Projet SWEDD2 quant à lui, sera financé à hauteur de 68,5 millions d’Euros. Il s’agira de contribuer d’ici décembre 2024, à l’autonomisation économique des jeunes filles et des jeunes femmes non scolarisées, déscolarisées dans les zones d’intervention du projet, à savoir les régions de l’Extrême-Nord, du Nord et de l’Adamaoua. L’objectif à terme est de rehausser d’au moins 10% le taux de maintien des filles au secondaire dans les zones d’intervention du projet ; d’appuyer le développement des AGR/micro entreprises et la mise en place d’un système d’épargne et de crédit communautaire pour 35 000 adolescentes et jeunes femmes de 15 à 24 ans des Zones d’intervention etc.


S’agissant du Projet PADESCE, 112,4 millions d’Euros y seront injectés sur une durée de cinq ans. Ce projet vise à améliorer l’accès équitable à un enseignement secondaire de qualité et à une formation technique et professionnelle adaptée au marché, avec un accent sur les filles. Il sera question notamment de renforcer la qualité de l’environnement d’apprentissage dans l’enseignement secondaire général à travers l’appui pour l’atteinte des standards de qualité dans au moins 350 établissements et l’appui à au moins 30 établissements accueillant les déplacés internes ; de renforcer les capacités des personnels d’encadrement et formation des nouveaux enseignants du secondaire général et de mettre en place un fonds compétitif de développement des compétences (FCDC) etc.


Dans son discours de circonstance, le Ministre de l’Economie, Alamine Ousmane Mey, au nom du Chef de l’Etat, Son Excellence Paul BIYA, a exprimé la gratitude du Gouvernement et du peuple camerounais pour ces nouvelles contributions du Groupe de la Banque Mondiale aux efforts de développement du Cameroun. Selon Alamine Ousmane Mey, la Banque Mondiale est le premier partenaire au développement du Cameroun notamment en termes de concours financier et en particulier dans le secteur de l’Energie qui concentre à lui seul près de 30% des financements en volume de cette Institution. La coopération avec la Banque Mondiale n’a cessé de se densifier ces dernières années avec un accroissement du portefeuille de coopération tant en volume qu’en valeur. En effet, s’agissant des projets de développement, l’ensemble des engagements en cours s’élève à environ 1 813,65 millions de dollars américains soit environ 997 milliards de francs CFA pour 15 projets actifs contre 1 783 millions de dollars américains soit environ 980, 65 milliards de francs CFA en 2018 (soit un accroissement de 30,65 millions de dollars américains en valeur absolue et 2% en valeur relative). Ces engagements sont majoritairement des prêts concessionnels car il s’agit de financements mobilisés à hauteur de 70% auprès du guichet IDA contre 28% seulement auprès du guichet BIRD ; le reste (2%) étant des dons. En plus des financements apportés pour la réalisation des projets de développement, la Banque Mondiale a mobilisé, auprès de son guichet BIRD, des financements à hauteur de 300 millions de dollars, au titre de garantie partielle de risque en faveur du Projet hydroélectrique de Nachtigal.


Avec la signature de trois conventions de financement ce jour, le nombre de projets en cours de mise en œuvre passe de 15 à 18 et accroît ainsi le volume du portefeuille de 23,7%. Le Directeur des Opérations de la Banque Mondiale au Cameroun, Abdoulaye Seck, a pour sa part indiqué qu’à travers ces projets, ce sont de millions de camerounais qui verront leurs conditions de vie s’améliorer et c’est en droite ligne de la devise de l’institution qu’il représentante, à savoir « l’humain avant tout ».


En donnant la priorité à l’humain, la Banque Mondiale inscrit son action sur le sentier de la SND30, qui a comme pilier phare l’amélioration du capital humain. C’est d’ailleurs pour cette raison qu’Alamine Ousmane Mey a fort opportunément souligné que ces trois projets sont effectivement ancrés, d’une part, dans la SND30 et, d’autre part, dans le double objectif de la Banque Mondiale de mettre fin à l’extrême pauvreté et de stimuler la prospérité partagée.