Sidebar

Les projets du portefeuille de la Banque mondiale au Cameroun passent au scanner.

Cooperation
Typography
  • Smaller Small Medium Big Bigger
  • Default Helvetica Segoe Georgia Times

Le Ministre de l’Economie, de la Planification et de l’Aménagement du Territoire, Alamine Ousmane Mey, accompagné du Directeur des Opérations de la Banque Mondiale au Cameroun, Abdoulaye Seck, a procédé ce 24 mars 2021 à Yaoundé, à l’ouverture des travaux de la revue annuelle conjointe du portefeuille de coopération Cameroun - Banque mondiale.

L’objectif de cette rencontre est de faire le bilan des actions entreprises, puis de procéder à un nouveau diagnostic des projets du portefeuille, à l’effet d’améliorer la performance des projets en cours et ceux envisagés. Ce diagnostic devra déboucher sur la formulation d’une feuille de route à mettre en œuvre immédiatement au terme de cette revue. Il s’agira de procéder à l’élaboration d’actions précises et ciblées qui permettront de résoudre ou d’atténuer les problèmes identifiés.
En ouvrant ces travaux qui vont durer deux jours, Alamine Ousmane Mey s’est dit satisfait des avancées du portefeuille de coopération avec la Banque mondiale, dont l’ensemble des engagements en cours s’élèvent à environ 2,54 millions de dollars pour 20 projets actifs alignés sur les objectifs de la Stratégie Nationale de Développement 2020-2030. Le Directeur des Opérations de la BM au Cameroun, Abdoulaye Seck, a également souligné d’excellents résultats notamment en matière d’offre en énergie électrique, le capital humain avec la distribution du manuel scolaire, ainsi que d’importants efforts en matière de développement rural avec l’amélioration de la productivité agricole.


En termes de performance, le taux de décaissement cumulé se situe à 30%. Ce faible taux est révélateur de la performance globale modérément satisfaisante du portefeuille des opérations nationales et des difficultés de mise en œuvre.
En ce qui concerne le solde des engagements non décaissés, il s’élève à 1 191,5 millions de dollars soit environ 655,3 milliards de francs CFA qu’il faudra décaisser au cours des deux prochaines années, afin d’éviter que ces ressources ne deviennent forcloses.
En rappel, la revue conjointe du portefeuille de coopération Cameroun - Banque mondiale organisée en mars 2019, avait permis de mettre en exergue plusieurs problèmes transversaux rencontrés dans leur mise en œuvre, notamment : le faible niveau de maturité des projets ; les retards dans l’élaboration et l’adoption des Plans de travail et de budget annuel (PTBA) ; la faible mobilisation des fonds de contrepartie ; l’absence des critères d’évaluation de la performance des Unités de gestion des projets ; le mode d’évaluation non adapté aux situations de pandémie et/ou insécurité ; la crise sécuritaire dans certaines régions du pays abritant plusieurs projets.


Les travaux de la présente revue sont donc importants à plus d’un titre, car ils permettront non seulement d’évaluer le chemin parcouru, mais aussi et surtout d’identifier des actions idoines à mettre en œuvre pour booster la performance du portefeuille de coopération avec la Banque mondiale. Pour le Ministre de l’Economie, il s’agira de faire en sorte que l’élaboration des PTBA puissent être davantage maitrisée, que les questions relatives aux expropriations et indemnisations soient assurées, et que les responsables de gestions des projets et tous les autres acteurs de la chaine puissent développer des comportements visant la performance, afin que dans les deux années à venir, le niveau de décaissement soit substantiellement relevé.
Notons que les interventions de la Banque mondiale occupent une place importante dans le dispositif de coopération du Cameroun avec l’ensemble des partenaires au développement, particulièrement au niveau du dialogue avec la communauté financière internationale. Ces interventions sont majoritairement orientées vers le secteur Infrastructures qui à lui seul représente 54,8% des engagements du portefeuille, suivi tour à tour des secteurs Développement rural (12,0%), Santé (9,7%), Gouvernance (8,8%), Education (7,7%), Développement social (3,6%) et Industrie et services (3,4%).