Sidebar

Redressement économique et social de l’Extrême-Nord : Les acteurs du RESILAC font le point.

Planning
Typography
  • Smaller Small Medium Big Bigger
  • Default Helvetica Segoe Georgia Times

Ils se sont retrouvés ce mercredi 30 septembre 2020 à Yaoundé, dans le cadre de la deuxième session du Comité de pilotage du Projet de Redressement Economique et Social Inclusif du Lac Tchad (RESILAC).

Le Cameroun mène le peleton de la mise en œuvre du projet RESILAC, avec un niveau d’atteinte d’indicateurs de 76% contre 56% au niveau régional. De façon précise, comme l’a indiqué le président du Comité de pilotage Charles ASSAMBA ONGODO, par ailleurs, Directeur Général de la Coopération et de l’intégration Régionale au MINEPAT, l’évaluation à mi-parcours des résultats atteints par rapport aux objectifs fixés révèle un taux de 120% de réalisation pour le pilier 1 relatif au renforcement du capital humain et la cohésion sociale ; un taux de 30% de réalisation s’agissant du pilier 2 portant sur le redressement économique durable ; et un taux de 88% de réalisation concernant le pilier 3 relatif au renforcement des capacités et à l’appui institutionnel. Une performance fort appréciable, à en croire le président du Comité de pilotage, au vu du contexte ambiant marqué par des crises sécuritaires et sanitaires.
Outre l’appréciation de l’état d’avancement des activités du projet, cette session a également permis aux participants (représentants des administrations publiques et partenaires techniques et financiers du projet) de formuler des recommandations visant à améliorer davantage la performance des interventions du RESILAC sur le terrain.
Rappelons que le projet RESILAC a été conçu au profit des régions riveraines du Lac Tchad (Cameroun, Nigéria, Niger, Tchad) confrontées aux crises multiformes. Son objectif est de contribuer au redressement économique et au renforcement de la résilience et de la cohésion sociale des localités cibles. Ce projet sous-régional est étalé sur une durée de 04 ans (2018-2021). Il bénéficie d’un co-financement de l’Agence Française de Développement et de l’Union Européenne (35 millions d’euros) et du soutien technique d’un consortium de trois ONG internationales (CARE, Groupe URD et Action Contre la Faim) et de certaines ONG nationales. Au Cameroun, le projet RESILAC intervient dans 04 Communes de la région de l’Extrême-Nord, à savoir Mindif, Dargala, Koza et Mora.