Sidebar

Développement et protection des droits humains : Le gouvernement aux côtés des populations vulnérables de la réserve du Dja

Economy
Typography
  • Smaller Small Medium Big Bigger
  • Default Helvetica Segoe Georgia Times

Un Mémorandum d’Entente a été signé ce 05 novembre 2019 à Yaoundé, par le Ministre de l’Economie, de la Planification et de l’Aménagement du Territoire, et le Ministre des Affaires Sociales.

La réserve du Dja, patrimoine mondial de l’UNESCO, constitue un vaste espace à écologie fragile et sensible. Elle s’étend sur les régions de l’Est et du Sud-Cameroun. On y retrouve plusieurs parcs et des personnes autochtones vulnérables, en l’occurrence les pygmées BAKA et les populations socialement vulnérables à l’instar des femmes et des jeunes. C’est pour mieux protéger ces personnes et préserver leurs intérêts, que le Ministre de l’Economie, de la Planification et de l’Aménagement du Territoire, Alamine OUSMANE MEY et le Ministre des Affaires Sociales, Pauline Irène NGUENE, ont signé ce mardi 05 novembre 2019, un Mémorandum d’Entente. Il est destiné à l’accompagnement socio-économique des personnes vulnérables riveraines et à la gestion des impacts sociaux des activités du Programme d’Aménagement et de Développement Intégré de la boucle minière du Dja et de la zone frontalière adjacente (PADI-DJA).

Ce MoU se veut un cadre de collaboration pour les deux administrations visant à concilier les impératifs de développement socio-économique avec ceux de la protection des droits humains. Il traduit, selon Alamine OUSMANE MEY, la solidarité gouvernementale et permet au MINEPAT de capitaliser l’ingénierie du MINAS, afin de limiter les impacts négatifs sur les populations riveraines des activités à développer dans le cadre du PADI-DJA. Il s’agit également d’optimiser l’insertion socio-économique des populations vivant dans la zone d’intervention du programme PADI-DJA. Ce Mémorandum d’Entente met au centre la nécessité de respecter la conformité sociale dans l’exécution des politiques de développement. « Il vient ainsi administrer la preuve qu’au Cameroun, la mise en œuvre des grands projets est compatible avec la protection et la promotion du bien-être social des populations riveraines », a indiqué Pauline Irène NGUENE.