Sidebar

Electrification rurale au Cameroun : 87,8 milliards de FCFA mobilisés auprès de la Banque mondiale

Coopération
Typographie
  • Plus petit Petit Moyen Grand Plus grand
  • Defaut Helvetica Segoe Georgia Times

L’accord de crédit d’un montant de 150 millions de dollars US, soit environ 87,8 milliards de FCFA en vue du financement du Projet d’Electrification Rurale et d’Accès à l’Electricité dans les régions sous-desservies (PERACE), a été signé ce vendredi 12 juin 2020 à Yaoundé par le Ministre de l’Economie, de la Planification et de l’Aménagement du Territoire, Alamine OUSMANE MEY et le Représentant du Directeur des Opérations de la Banque Mondiale au Cameroun, Ibrah SANOUSSI.

Le secteur de l’électricité constitue l’un des piliers majeurs de la Stratégie Nationale de Développement du Cameroun. Par le passé, le gouvernement a consenti de nombreux efforts pour accroître l’offre infrastructurelle dans ledit secteur. Cela a permis au pays d’afficher aujourd’hui un taux de couverture en électricité de 74%, contre un taux d’accès d’environ 50%. Cette performance devrait être améliorée, car l’écart entre le taux de couverture et le taux d’accès est révélateur de ce qu’une grande partie de la population n’est pas connectée, alors qu’elle se trouve très souvent à proximité du réseau électrique. Bien plus, l’on observe une grande disparité entre les régions. Les zones sous-desservies affichent des taux de couverture autour de 50%.
C’est dans la perspective d’inverser cette tendance que le gouvernement a mis sur pied le PERACE. Ce projet, dont la durée de mise en œuvre est de 05 ans, cible 06 régions sous-desservies du pays, à savoir : l’Extrême-Nord, le Nord, l’Adamaoua, le Sud-Ouest, le Nord-Ouest et l’Est. A travers son approche à moindre coût, le PERACE vise entre autres à réduire les disparités régionales en termes de taux d’accès à l’électricité, à jeter les bases de l’amélioration de l’accès à l’électricité des ménages et à soutenir l’industrie productive et le développement des activités génératrices de revenus. A terme, « ce projet contribuera à un accroissement du taux d’accès à l’électricité de l’ordre de 7,46% », a révélé Ibrah SANOUSSI.
De manière pratique, comme l’a indiqué le MINEPAT, le PERACE permettra, via ses trois composantes, d’élargir les infrastructures dans les zones rurales sous-desservies par la construction de près de 7 389 km d’infrastructures de transport et de connecter plus de 400 localités au réseau électrique permettant ainsi à plus d’un million de personnes de bénéficier de l’énergie électrique. Par ailleurs, il est envisagé la construction des unités de production sur la base de l’énergie solaire d’une capacité de 3 MW chacune, dans les zones où l’extension du réseau traditionnel n’est pas possible. Le Cameroun bénéficiera aussi de l’hybridation de certaines infrastructures qui utilisent aujourd’hui le fuel qui coûte cher à l’Etat. « A travers cette hybridation, le gouvernement pourrait réduire les coûts et alléger la charge sur le Trésor Public », a souligné Alamine OUSMANE MEY. Ce dernier a par ailleurs salué l’accompagnement constant et multiforme de la Banque Mondiale qui se positionne de plus en plus comme un partenaire stratégie du Cameroun dans le secteur de l’énergie.E