Sidebar

Mobilisation des ressources : le Cameroun fixe les bases de la mise en place d’un Cadre National de Financement Intégré

Economie
Typographie
  • Plus petit Petit Moyen Grand Plus grand
  • Defaut Helvetica Segoe Georgia Times

Les résultats de l’étude sur l’Evaluation du Financement du Développement au Cameroun ont été présentés ce jeudi 12 mars 2020 à Yaoundé, au cours d’un atelier co-présidé par le Ministre de l’Economie, Alamine Ousmane Mey et le Ministre Délégué auprès du Ministre des Finances Yaouba Abdoulaye.

L’étude sur l’évaluation du financement du développement, élaborée par le gouvernement camerounais avec l’appui du Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD), constitue le socle du processus de mise en place d’un Cadre National de Financement Intégré (CNFI) pour une optimisation de la mobilisation des ressources financières privées et publiques.
Pour le Représentant Résident du PNUD, Jean-Luc Stalon, cette étude est importante dans la mesure où elle permettra de mieux harmoniser la collecte des ressources nationales et internationales pour améliorer le financement du développement. En effet, la cartographie des sources de financement actuellement mobilisées et mobilisables au Cameroun révèle qu’il existe un potentiel réel de mobilisation des ressources additionnelles publiques, privées, nationales et internationales, permettant de combler le gap du financement du développement.
Selon le Ministre de l’économie, de la Planification et de l’Aménagement du Territoire, le Cameroun se doit de faire des efforts additionnels à travers entre autre l’élargissement de l’assiette fiscale, la réduction des dépenses fiscales et l’amélioration des techniques de collecte des recouvrements. Il est aussi question d’élargir les sources de financements concessionnels, de mobiliser les financements alternatifs tels que les partenariats public-privé, de relever le taux d’épargne et de bancarisation et d’améliorer les ressources internes.
Pour Alamine Ousmane Mey, ce sont là des pistes qui vont permettre au Cameroun de renforcer et de consolider les actions déjà réalisées mais aussi d’explorer les nouvelles voies qui lui permettront de relever le niveau de ressources mobilisées et d’aligner les politiques publiques aux ressources financières disponibles, afin de conduire le pays vers son émergence à l’horizon 2035. Le MINEPAT a d’ailleurs appelé à la compréhension, à l’adhésion et au soutien de tous les acteurs et composantes sociales, pour que l’on débouche sur un cadre global et cohérent de financement du développement qui permettrait à la nouvelle Stratégie Nationale de Développement de bénéficier du soutien financier nécessaire.
Notons que l’évaluation du financement du développement au Cameroun a permis d’explorer toutes les sources actuelles de financement et d’identifier les plus prometteuses. Elle a également donné l’occasion d’évaluer le cadre national de planification, de programmation, de budgétisation et de suivi-évaluation du développement, afin de permettre de proposer un plan d’action pour la mobilisation des ressources et la gestion des financements innovants.
Le rapport présenté ce jeudi 12 mars 2020 à Yaoundé, formule un certain nombre de recommandations à savoir : (i) renforcer la mobilisation des recettes budgétaire; (ii) garantir la viabilité de la dette publique et la soutenabilité des finances publiques à long terme ; (iii) exploiter pleinement les opportunités qu’offre la coopération au développement y compris les fonds mondiaux et les fonds verts ; (iv) améliorer la mobilisation de l’épargne nationale pour le financement à long terme du secteur privé ; (v) mettre sur pied des mécanismes incitatifs pour accroître la participation de la diaspora au financement du développement ; et (vi) lever les principaux obstacles qui pèsent sur l’éclosion des partenariats public-privé.
Rappelons que l’étude sur l’évaluation du financement du développement au Cameroun, s’inscrit en droite ligne de l’une des principales recommandations du programme d’actions adopté lors de la troisième Conférence internationale sur le financement du développement tenue à Addis-Abeba en juillet 2015. Il s’agit de la nécessité des gouvernements de mettre en place un cadre National de Financement Intégré pour améliorer la mobilisation des ressources.