Sidebar

Amélioration des conditions de vie des réfugiés au Cameroun : La Banque mondiale octroie près de 77 milliards de FCFA

Coopération
Typographie
  • Plus petit Petit Moyen Grand Plus grand
  • Defaut Helvetica Segoe Georgia Times

L’annonce a été faite ce mardi 19 novembre 2019 à Yaoundé par le Directeur des Opérations de la Banque mondiale au Cameroun, Abdoulaye SEK, au cours de la cérémonie de lancement officiel des 04 projets bénéficiaires du guichet « IDA 18 ».

Le Cameroun est le premier pays africain à bénéficier des ressources du guichet spécial « IDA 18 » de la Banque mondiale. « Cela est le résultat de la générosité du pays et de sa longue tradition de solidarité et d’hospitalité à l’endroit des personnes déplacées », a déclaré le Directeur des Opérations de la Banque Mondiale au Cameroun. Au-delà de l’accueil et de la cohésion entre les populations hôtes et les réfugiés, le gouvernement déploie, avec l’appui des partenaires techniques et financiers, des efforts soutenus pour améliorer les conditions de vie des réfugiés, populations hôtes et déplacés internes, victimes des crises sécuritaires qui secouent la sous-région. L’on dénombre à ce jour, plus de 350 000 réfugiés et personnes déplacées vivant au Cameroun.

Au cours de cette cérémonie de lancement officiel des 04 projets bénéficiaires du guichet « IDA 18 », Abdoulaye SEK a révélé que le Cameroun vient de bénéficier auprès de son institution, notamment à travers le guichet spécial « IDA 18 », d’un financement de 130 millions de dollars dont 86 millions de don. Ces ressources visent à financer la mise en œuvre de la Lettre de Politique de Développement du Cameroun à l’égard des réfugiés, dont l’objectif est d’améliorer, tant pour les réfugiés que pour les communautés hôtes, l’accès aux services sociaux de base (santé, éducation, approvisionnement en eau potable), à construire et réhabiliter plusieurs marchés et à intégrer 10 000 ménages dans le processus de transferts monétaires. De manière spécifique, comme l’a indiqué le Ministre de l’Economie, il s’agit à travers une approche intégrée, d’étendre le champ géographique de ces 04 projets en cours d’exécution, notamment le Programme National de Développement Participatif (PNDP), le Projet Filets Sociaux, le Projet d’Appui à la Réforme du Secteur de l’Education et le Projet de Renforcement de la Performance du Système de Santé. Pour Alamine OUSMANE MEY, « l’objectif est de réduire la vulnérabilité des réfugiés et communautés hôtes, en relation avec les objectifs de développement durable ».

Rappelons que le guichet IDA 18 dédié aux réfugiés et communautés hôtes, cible les localités où la présence des réfugiés exerce une forte pression économique et sociale sur les zones des communautés accueillant ces réfugiés. Guichet plus concessionnel que l’IDA national, « IDA 18 » a été mis en place par la Banque mondiale pour non seulement appuyer les pays qui accueillent un grand nombre de réfugiés, mais surtout pour fournir une réponse efficiente pour enrayer certaines crises liées à l’afflux des réfugiés. Signalons que le Cameroun, l’un des signataires des conventions de Genève et de l’Union Africaine sur les droits des réfugiés, consacre dans son ordonnancement juridique le principe de non-refoulement des réfugiés